Archives de catégorie : Peintres

Ici, on parle des hommes et des femmes

Exposition Nicolas de Stael au Havre

Nicolas de Staël, le peintre d’une abstraction figurative

Parce que la ville du Havre a eu la bonne idée d’organiser une exposition des oeuvres de Nicolas de Staël, je ne peux pas retenir mon plaisir de vous parler de ce peintre. Unique, à mes yeux. Comment ne pas tomber en extase, comme les anglais tombent en amour, devant ses toiles…Je me le demande, je vous le demande…et n’hésitez pas à prendre la plume sur ce présent blog pour donner votre avis.
Nicolas de Staël est né à Saint Pétersbourg, en Russie, en 1914. Pour ces toiles, je ne trouve pas trace de ses origines Russes et noble (il était baron). D’ailleurs, je ne les cherche pas. Peu m’importe son autobiographie. Ce n’est pas le cas des photos qui nous le montrent. L’air un peu dandy, la mèche souple et le regard profond. Un peu triste.

005-1
Les oeuvres de Nicolas de Staël sont pour moi l’essence du meilleur. Des haïkus de couleur. Regardez son tableau « la route ». Si peu de formes, si peu de couleurs et le regard s’enfuie au delà de la toile. Subjugué par les gris qui rosissent, bleuissent et s’éteignent jusqu’à ce que trois formes sombres happent l’attention. Nous sommes vers 1940 peut-être 50, quel chemin trace t-il déjà !  Entre l’abstraction et le figuratif, ( il ne les opposait pas…) il exprime sa vision du monde. A chacun de vivre la sienne dans les toiles de Nicolas de Staël. Puisqu’il nous a laissé la place de notre propre vision.

 

Le Havre acceuille Nicolas de Staël

 

A l’occasion du centenaire de la naissance de l’artiste, la ville du Havre, Seine-Maritime, accueille ses oeuvres au sein de l’exposition « Lumières du nord, lumières du sud ». Titre évocateur et plein de promesses. Courez, ou ne courez pas puisque vous avez jusqu’au  09 novembre 1914 pour vous plonger dans la matière et la couleur d’un grand peintre.

Cette exposition sera l’occasion de découvrir le Havre ! Connue pour être une ville neuve, elle est bien plus que celà. Si c’est dans l’urgence que la cité du bord de la manche a été reconstruite, le visiteur admirera les grandes avenues et le découpage  géométrique de ses artères. Les immeubles d’à peine quatre étages qui laissent courir sous leurs arcades rectilignes des allées où la lumière circule. Et comme pour rompre une  monotonie évincée, de hauts bâtiments massifs. Auguste Perret, fis de tailleur de pierre, reconstruit la ville en béton armé. Il faudra bien des années avant que ce créateur du génie et de l’urgence ne trouve ses lettres de noblesse. Son talent enfin reconnu. Enfin admis.