Comment traiter les ombres

Du noir dans la couleur

Du noir dans la couleur, est une technique en soi. Mais c’est un autre sujet. J’ai cependant voulu spécifier que ajouter du noir dans ses mélanges peut provoquer des effets vraiment intéressant. Donc pour revenir au titre de ce billet, à savoir comment traiter les ombres, la question est de savoir s’il suffit d’ajouter une pointe de noir dans la couleur de l’objet local que l’on peint ? La réponse est non, bien sûr. Imaginons que vous soyez en train de peindre une robe rouge, vous ajoutez cette pointe de noir, le rouge va devenir plus terne. Il ne sera pas ombre pour autant.

Trois ingrédients

Pour traiter les ombres, il faut trois couleurs. La couleur locale (c’est à dire la couleur de l’objet que l’on peint), la couleur complémentaire (dans le cas de notre robe rouge, ce serait du vert) et enfin du bleu pour l’ombre.

Je récapitule :

la couleur locale

la couleur complémentaire de la couleur locale

du bleu

Comment organiser les couleurs de l’ombre

En premier, nous avons le choix de mélanger les teintes. Cela aura le mérite de donner une teinte éteinte, un peu froide grâce au bleu. Pas trop vibrant toutefois d’où le choix numéro deux qui suit.

En second, il est bien plus intéressant d’un point de vue pictural de travailler l’ombre avec la couleur locale, sa complémentaire et le bleu en touches distinctes. Qui peuvent se mélanger sur la toile par endroit choisi. Cette technique est bien évidemment valable pour la peinture d’un paysage, d’un lieu architectural ou d’un portrait.

les ombres

les ombres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.