Archives mensuelles : août 2014

Exposition Nicolas de Stael au Havre

Nicolas de Staël, le peintre d’une abstraction figurative

Parce que la ville du Havre a eu la bonne idée d’organiser une exposition des oeuvres de Nicolas de Staël, je ne peux pas retenir mon plaisir de vous parler de ce peintre. Unique, à mes yeux. Comment ne pas tomber en extase, comme les anglais tombent en amour, devant ses toiles…Je me le demande, je vous le demande…et n’hésitez pas à prendre la plume sur ce présent blog pour donner votre avis.
Nicolas de Staël est né à Saint Pétersbourg, en Russie, en 1914. Pour ces toiles, je ne trouve pas trace de ses origines Russes et noble (il était baron). D’ailleurs, je ne les cherche pas. Peu m’importe son autobiographie. Ce n’est pas le cas des photos qui nous le montrent. L’air un peu dandy, la mèche souple et le regard profond. Un peu triste.

005-1
Les oeuvres de Nicolas de Staël sont pour moi l’essence du meilleur. Des haïkus de couleur. Regardez son tableau « la route ». Si peu de formes, si peu de couleurs et le regard s’enfuie au delà de la toile. Subjugué par les gris qui rosissent, bleuissent et s’éteignent jusqu’à ce que trois formes sombres happent l’attention. Nous sommes vers 1940 peut-être 50, quel chemin trace t-il déjà !  Entre l’abstraction et le figuratif, ( il ne les opposait pas…) il exprime sa vision du monde. A chacun de vivre la sienne dans les toiles de Nicolas de Staël. Puisqu’il nous a laissé la place de notre propre vision.

 

Le Havre acceuille Nicolas de Staël

 

A l’occasion du centenaire de la naissance de l’artiste, la ville du Havre, Seine-Maritime, accueille ses oeuvres au sein de l’exposition « Lumières du nord, lumières du sud ». Titre évocateur et plein de promesses. Courez, ou ne courez pas puisque vous avez jusqu’au  09 novembre 1914 pour vous plonger dans la matière et la couleur d’un grand peintre.

Cette exposition sera l’occasion de découvrir le Havre ! Connue pour être une ville neuve, elle est bien plus que celà. Si c’est dans l’urgence que la cité du bord de la manche a été reconstruite, le visiteur admirera les grandes avenues et le découpage  géométrique de ses artères. Les immeubles d’à peine quatre étages qui laissent courir sous leurs arcades rectilignes des allées où la lumière circule. Et comme pour rompre une  monotonie évincée, de hauts bâtiments massifs. Auguste Perret, fis de tailleur de pierre, reconstruit la ville en béton armé. Il faudra bien des années avant que ce créateur du génie et de l’urgence ne trouve ses lettres de noblesse. Son talent enfin reconnu. Enfin admis.

 

 

 

 

 

 

Le dessin par sa posture

     -Qu’est-ce que vous pensez de mon dessin ?

Voilà bien souvent une question que l’on me pose. Je n’aime pas les critiques en noir et blanc. C’est bien ou cela ne l’est pas. Dans tout début d’œuvre, aussi minime soit-elle, il y a du bon. N’êtes vous pas de mon avis ?

     Je remarque souvent dans les études de paysage des verts salade. Tas d’épinard qui ne laisse passer ni ombre ni lumière. Des défauts de perspective et des tonalités aussi fortes au premier plan qu’aux suivants…Pourtant, je dois dire que ce qui me saute souvent aux yeux tient plus dans ce dessin trop « dessiné ». Le geste petit, étriqué. Le sujet principal chichement tracé dans un ensemble trop vide.

     Mon premier conseil, bien avant la justesse du dessin et l’équilibre des couleurs tient dans la posture. Débutant ou dessinateur plus chevronné, ne mettez pas le nez sur la feuille ou la toile. Que l’on soit assis avec son travail sur les genoux ou devant sa table, il faut de l’espace pour que le bras circule. Que le regard prenne du recul et laisse la main gagner en souplesse. Ainsi le dessin s’agrandit.
N’ayez crainte, il faudra peut-être une ou deux séance de travail pour acquérir cette nouvelle posture. Mais rapidement, vous en verrez la nécessité.
La posture, un conseil en un mot. Un conseil en or….

J’apprends à dessiner autrement

     Ma méthode pour dessiner, et apprendre à dessiner, commence par le regard.

     Il est important de prendre le temps de choisir son modèle. Si l’on est dans la nature, décider quel « morceau » de paysage est à prendre en compte. A ce moment du travail, il s’agit plus de faire un choix sur ce que je veux dessiner, et surtout ce que je ne veux pas dessiner. Beaucoup de personnes pensent qu’il est facile de « faire » un paysage. Je ne partage pas cet avis. D’une part parce que j’ai le goût du portrait. D’autre part, parce que extraire le futur tableau d’une masse sans fin est difficile.

Continuer la lecture

Le dessin…autrement…ça commence ici

~Ce blog commence en Septembre 2012. Je suis inscrite à un atelier de dessins de nu. La scène se passe dans une grande pièce, peu éclairée. Tout autour de l’estrade des rangées de chevalets. Derrière chaque chevalet, un aspirant dessinateur. Parfois une ou un dessinateur expérimenté qui a griffonné un splendide nu, carte visite de son art.

 Notre modèle est une fille aux courbes rondes, cheveux de feu et boucles serrées. J’imagine déjà le crayon qui griffe le papier, à la recherche de la forme. Du dynamisme d’un bon croquis.

La prof de dessin est jeune, elle débute. D’une jambe à l’autre, notre modèle réfléchit à sa pose tandis que la prof commence à distribuer des photocopies. Vous savez, ces schémas que tout apprentis dessinateur connaît …
8 cases, canon de l’homme, de la femme ou de l’enfant. Découpés en tranches égales, sensées donner à l’artiste débutant les notions des proportions de l’être humain.
Voilà le genre de situation qui me fait bouillir le sang…Pas vous ? Non bien sûr. Dessinateur débutant ou dessinateur plus chevronné, vous faites confiance aux techniques que l’on vous a toujours proposées. Et bien, cessez de penser que l’unique moyen d’apprendre le dessin est de passer par des théories inutiles.

Trouver la ligne qui donne le mouvement au dessin, souligner le raccourcis d’un bras ou la perspective d’un corps vu de son point de vue ne se fera pas à l’aide d’un découpeur de corps en 8 cases ! C’est avec le regard et la recherche du trait que l’on dessine. Et cela s’apprend et se maîtrise avec un peu d’entraînement.
Mais comment faire ?